Miroir concave, les casinos

Aucun cadeau

Meilleurs Voeux 2017

 

Hello !

Le jour de Noël, nous nous sommes rendus au Casino d’Arcachon, près de Bordeaux avec la claire intention de jouer et de gagner.

Certes depuis longtemps on connait la psychanalyse particulièrement nord-américaine qui amalgame le jeu à une pathologie. Et les livres de Freud sur la castration. Il faut bien se rendre à l’évidence : si le gain parfois n’est pas imaginaire,  le déni en se leurrant de l’illusion de ravir une fortune mythique dont on dénie l’aléa qui l’en sépare, est immense. Lorsqu’on perd, on se doit de reconnaître le caractère inéluctable, de se soumettre à la réalité de la loi vous éloignant d’une fortune illusoire. En clair il faut savoir perdre. Lorsque l’habitude est prise, on continue donc à fréquenter le Casino, la preuve de notre présence.

Lorsque nous sommes arrivés dans la salle des machines avec la ferme intention d’obtenir un ticket en échange de l’argent ( à présent les pièces n’existent plus remplacées par des insertions d’argent dans une fente),  un Monsieur venait de gagner. Les billets s’alignaient, nombreux,  comme des diagrammes en bâtons sur le comptoir en zinc. Fi de la somme engrangée mais apparemment il semblait content. Devant cette manne, le système dépenses/gains semblait avoir  fonctionné. Du moins n’avait-il pas tout perdu. Le Monsieur s’éloigna pour rejoindre le surveillant de la salle avec lequel il resta un long moment en conversation. Avec plus d’attention, il semblait l’avoir « échappé belle ». Tout en parlant, le surveillant le dirigeait déjà vers une autre machine…

Les casinotiers sont conscients qu’un joueur ne doit pas quitter la salle. Un joueur qui reste trop longtemps dehors est un client perdu pour le Casino. Si vous quittez la salle ne serait-ce qu’ une heure, ou vingt quatre heures, vous risquez de la quitter durant des années. Les murs des Casinos sont sans fenêtre, le problème a été soulevé avec l’arrivée de l’interdiction de fumer. Certains Casinos ont voulu « ouvrir » la salle pour que les gens aillent fumer sur une terrasse. C’est pourquoi les Casinos restent fermés.

Malgré la chance qui venait d’arriver à ce Monsieur, ce Dimanche, jour de Noël, si vous aviez décidé de ne pas jouer, de regarder gagner mais aussi perdre ! de jouir de votre droit à l’observation, vous en auriez déduit, tout comme nous, qu’ils paumaient tout ce qu’ils savaient.

Ayez un peu de jugeote. Réfléchissez à l’asymétrie entre la relation qu’un habitué entretient avec l’espoir de gagner et les organisateurs : pour ces derniers, il s’agit d’une prise de risque généralement limitée, ils savent très bien ce qu’ils vont gagner ; Les rapports pouvant être calculés par avance. En ce qui concerne les MAS, la réglementation prévoit un « taux de retour » (redistribution des mises aux joueurs) minimal de 85 %. Cependant afin de conserver leur clientèle, les casinotiers règlent le taux de redistribution à un taux supérieur au minimum légal, de l’ordre de 90 à 95 %. Les calculs de probabilités sont nuls. La grande différence entre le joueur et le marchand de MAS ou spéculateur n’est donc pas que l’un prend des risques que l’autre assume volontairement; mais bien que le joueur assume des risques liés à son rang social, tandis que le spéculateur assume des risques liés au commerce.

Le reste de la doctrine n’est qu’une conséquence des illusions énumérées ci-dessus, il peut donc être très facile de s’arrêter. Le temps fait toujours son oeuvre. « Même si le recours à la chance aide à supporter l’injustice de la compétition faussée ou trop rude », notamment au plan social et que l’attrait des jeux de hasard » « demeure extrêmement puissant, même dans une civilisation de type industriel, fondée sur le travail ».

Ensuite, passée une heure dans une ambiance qui nous exaltait sans doute puisque nous nous y trouvions, nous avons eu l’impression de perdre notre mon temps.

Celui de notre groupe qui ne nous a pas suivi l’a bien regretté !

Les illusions. 256 combinaisons

L’engouement des Casinos Barrière, Partouche et autres que l’on nous sert est très récent. Tout cet essor ne possède pas que des qualités négatives. Les premiers casinos ont fait leur apparition au 17ème Siècle avec des clubs de joueurs de cartes et des hôtels proposant de nouveaux espaces. Ainsi même sous l’ancien Régime les maisons de jeu étaient fort nombreuses en France, en Angleterre, en Italie; Puis elles sont devenues un fleuron de l’Amérique, de l’Espagne, de la Belgique. Le 20 ème siècle les a vus entrer aux États-Unis et c’est Las Vegas qui est aujourd’hui la capitale mondiale des jeux d’argent.

Il est simplement intéressant de se souvenir qu’en 1983, les appareils de jeux fondés sur le hasard furent expressément interdits dans les cafés car suspects d’être à l’origine d’argent incontrôlable en raison de transactions occultes portant sur les lots ou parties gratuites. Longtemps on crut que le jeu pouvait représenter un poison.

Pourtant en 1987, l’exploitation des MAS fut autorisée dans les casinos, leur implantation progressive générant rapidement une manne bien supérieure à celle des jeux traditionnels. On connaît le reste, le jeu, à l’heure actuelle se décline sous toutes ses formes. Celles entre autres Établissements alléchants, Casinos, complexes hôteliers, Riviera. Le jeu connaît aussi son plus vif succès dans les centres helio-marins, au milieu d’une l’ambiance familiale.

Or, c’est justement des États-Unis qu’est venue la déflagration. Thimoty Giardana qui était Vice-Amiral dans la Marine américaine, chargé des armes nucléaires avait été renvoyé en 2013 pour des allégations d’activité illégale en rapport avec les paris et les jeux d’argent. Ce fait divers date d’Octobre 2013. Le Vice-Amiral incriminé s’était servi de jetons de casinos contrefaits pour jouer une somme considérable. En France, on n’est pas sans oublier le scandale du casino d’Annemasse dans lequel Charles Pasqua est poursuivi pour financement illégal de sa campagne électorale pour les Européennes en 1999.

Le hasard

Saint-Thomas d’Aquin admet la possibilité d’un hasard indépendant de la volonté divine. En conséquence, il n’est pas sacrilège d’y recourir – C’est à ses risques et périls dans la mesure où il ne s’agit plus d’une interrogation, d’un appel, d’une sollicitation abusive de la puissance divine. Vouloir dominer le hasard est une hérésie, une pensée totalement erronée, irrationnelle, un non-sens.  Vouloir et rester libre! 










Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s