Les osselets

Fédora et les osselets

Nostalgie,

Bonjour fidèles de ce blog Hors. Il y a un certain temps que vous ne lisez plus de nouveaux articles sur ce blog mais les changements du sort  dans une vie ne permettent pas toujours de continuer le rythme d’avant. Les Casinos deviennent ensuite de lointaines distractions.

Mais il est bon de savoir que la Fédération Française de Bridge donne des cours tous les lundis, des tournois les mardis et des parties libres certains autres jours de la semaine.

Si l’on s’ennuie, pourquoi ne pas jouer aux osselets, ces pièces sont des joyaux…,

Après s’être appelés au Moyen Âge bibelots, les osselets reprirent leur nom au XVIe siècle.

Le dieu Éros aurait inventé ce jeu à la demande de Zeus pour divertir Ganymède. En vérité, on y jouait sans doute déjà chez les Égyptiens.

Dans l’Iliade, l’ombre de Patrocle apparaît à Achille et lui rappelle le jour où il avait tué le fils d’Amphidamas, avec qui il se querellait pendant une partie d’osselets.

Dans l’Odyssée, les prétendants de Pénélope jouaient aux osselets. Au temps de Platon, les enfants s’amusaient dans les rues porteurs d’un petit panier rempli d’osselets. Plutarque relate qu’Alcibiade enfant préféra se coucher devant les roues d’un char plutôt que de laisser écraser ses osselets. Les archéologues en ont trouvé dans les tombeaux grecs, faits d’ivoire, d’agate, de verre.

A Rome, lorsqu’ils étaient au nombre de cinq et marqués sur leurs quatre faces, les osselets servaient à interroger le sort, le plus mauvais coup étant le coup du chien et le meilleur le coup royal dont parle une ode d’Horace : « Tu ne tireras plus la royauté du festin aux osselets ».

Ce jeu se compose des cinq petits os issus du pied de mouton ou de la jointure du gigot. On utilise aussi des osselets d’ivoire ou de matière plastique. Quatre d’entre eux sont peints de la même couleur, généralement en rouge, le cinquième d’une couleur différente, généralement en noir.

Le joueur prend tous les osselets dans une main, les lance en l’air et tâche d’en recevoir le plus possible sur le dos de la main. Il ne lance plus ensuite que ceux qu’il a rattrapés pour les recevoir cette fois sur la paume. Il continue, selon cette même alternance, tant qu’il lui reste des osselets.

On compte un point par osselet reçu et deux points pour l’osselet de couleur spéciale.

La partie, qui se joue en trois tours, est gagnée par celui qui totalise le plus de points.

 

VARIANTES

 

  1. Le joueur jette quatre osselets sur la table, lance le cinquième en l’air, et, avant de le rattraper, s’efforce de ramasser les autres.
  2. Les points se comptent par osselet ramassé.
  3. Le joueur, qui ne lance également qu’un osselet, doit s’efforcer, avant de le rattraper, de disposer les autres soit à plat, soit sur le dos, soit sur le côté – selon la convention admise au début de la partie.

Les points se comptent par osselet disposé de la façon convenue et chaque joueur a droit à deux coups de suite.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s