Dictées

Dictée attribuée à Prosper Mérimée :

Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Sainte-Adresse, près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l’amphitryon, fut un vrai guêpier.
Quelles que soient, quelque exiguës qu’aient pu paraître, à côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données à maint et maint fusilier subtil la douairière ainsi que le marguillier, bien que lui ou elle soit censée les avoir refusées et s’en soit repentie, va-t-en les réclamer pour telle ou telle bru jolie par qui tu les diras redemandées, quoiqu’il ne siée pas de dire qu’elle se les est laissé arracher par l’adresse desdits fusiliers et qu’on les aurait suppléées dans toute autre circonstance ou pour des motifs de toutes sortes. Il était infâme d’en vouloir pour cela à ces fusiliers jumeaux et mal bâtis et de leur infliger une raclée, alors qu’ils ne songeaient qu’à prendre des rafraîchissements avec leur coreligionnaire.
Quoi qu’il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissé entraîner à prendre un râteau et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguillier sur son omoplate vieillie.
Deux alvéoles furent brisés, une dysenterie se déclara, suivi d’une phtisie.
« Par saint Martin, quelle hémorragie! » s’écria ce bélitre. A cet évènement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l’église tout entière.

Dictée de Pierre Louys :

Il y a quelque vingt ans, mon cher Hippolyte, nous pagayions sur ce ruisseau méditerranéen, tandis que des scarabées faisaient bruire leurs jolis élytres sur les lauriers-tins et les lauriers-sauce, d’où tombaient des pétales amarante et fanés. Une foule de dames patronnesses marmottaient et marmonnaient au débarcadère, sous le patronage d’un pâtissier caduc. Là croissaient nos acacias, nos zinzolines fleurs de lis, nos chrysanthèmes poivrés; quatre-vingts buffles et trois cents sarigues ballaient et bringuebalaient dans le pacage où étaient aussi parqués quatre-vingt-douze chevaux rouans.
On nous offrit une omelette, quelques couples d’oeufs qu’Hyacinthe nous avait procurées en mil neuf cent neuf ; des entrecôtes pourris et des sandwiches arrosés de malvoisie parfumé. Enfin, nous revînmes à Chalon-sur-Saône. Nous retrouvâmes nos chambres, aux plinthes bleu de roi, nos béryls et nos agates, nos bibelots de marqueterie et de tabletterie. Il nous semblait être partis depuis l’an mille. Malgré les praticiens homéopathes, ou allopathes, nous retrouvâmes, et à quel période! toi, ton entérite, et moi, mon emphysème.

 

Retour article « Voulez-vous piéger vos grands-enfants »